TIPS IN TOWN

Good in Algiers ⴷⵣⴰⵢⴻ

Et toi, tu viens d’où?

Par où commencer cet article! Ce n’est pas un simple “Good In/Tips in Town” car ce n’était pas un simple voyage touristique, alors si tu veux quelques adresses pour un trip à Alger, scroll down direct! Mes parents sont originaires de Kabylie et j’y suis allée trois fois en tout et pour tout, la dernière remontant à 15 ans. En renouvelant mon passeport algérien (et dieu sait qu’il faut s’armer d’une patience sans faille pour affronter l’administration du consulat d’Algérie à Nanterre), je suis partie dans l’idée de découvrir une culture sensée être mienne ou du moins celle de mes géniteurs.

Je suis née en France et me définis comme française, définitivement. Et c’est sans doute un “problème”, une question que se pose bon nombre d’enfants d’immigrés, celle de l’identité. Je n’ai aucun point commun avec ma famille algérienne et cela est déroutant en bien des occasions et le fossé se creuse à tous les niveaux: mon quotidien/ma place en tant que “fille” au sein du foyer et de la société, la religion, les traditions… Mon père lui, a une réaction détachée, se rend compte des différences de mentalité évidentes malgré le fait qu’il soit né là-bas et en rit, philosophe qu’il est: “Je suis étranger en France et en Algérie, on ne me considère plus comme un Algérien!”.

Home sweet home

Mon voyage initiatique sur la terre de mes ancêtres ne s’est pas révélé aussi profond que “Exils” (que je te conseille au passage) mais a été décevant au premier abord. Je m’attendais pas non plus à une révolution, mais la sensation que rien n’a changé depuis la dernière était désagréable. Mais attention, je ne crois pas qu’en France notre société soit un modèle, loin de là. Cependant, j’aurais voulu m’y sentir bien et LIMITE m’y retrouver.

Trêve de critiques et il me faudrait des heures pour décortiquer/comprendre/peser le pour et le contre… Mes yeux ont pétillé de bonheur en découvrant les rues d’Alger, lumineuses et bruyantes. J’ai tâché de me concentrer sur les rares moment de liberté avec pour chauffeur d’exception ma tata chérie. Tiens, c’est le moment “tips” ou plutôt commandements de l’article:

  • A ton volant, tu t’accrocheras : demi-tour sur l’autoroute, rencontrer des nids de poule à briser le chassis de ta voiture ne sont pas chose rare. Ah, et le clignotant est une légende urbaine de l’autre côté de la Méditerranée et la bande d’arrêt d’urgence et une voie à part entière. Je te conseille de prendre le taxi dans tes déplacements ou même les camionnettes/bus publics pour quelques dinars. Que celui qui critique la conduite parisienne se taise à jamais après un tour aux alentours d’Alger!
  • Décemment, tu t’habilleras : c’est une question toute relative qui fait débat mais je suis toujours partante pour respecter les moeurs d’un pays, tout en rongeant mon frein je l’avoue…
  • Curieux et courageux tu seras : parce que sans la nationalité, il te faudra un visa et l’administration algérienne, c’est déjà une première étape dans ton voyage. Si t’as cette curiosité de visiter un pays qui est VRAIMENT différent de ton quotidien d’européen lambada, en soit, t’es déjà sur la bonne voie… t’es un gagnant Serges!
  • Indulgent tu te montreras : Un musée vide d’explication, la signalisation parfois seulement en arabe ou encore des barrages de la police/gendarmerie qui te font souvent ralentir en voiture… Le maître mot sera l’adaptation et il en faut une bonne dose pour s’aventurer en terre inconnue.
Good in Algiers dayindayoff

Voici donc les quelques trucs sympa à découvrir que je te recommande en attendant que j’y retourne, à Alger et ses alentours, puis à Oran, puis à Constantine, puis dans le désert… Y’a tant à voir!

Je suis impatiente de te faire un article sur cet Alger plus intime, moderne entre les restaurants de poissons frais du port, la Sablette et la jeunesse dorée algéroise qui je suis sûre, ne s’ennuie pas! J’ai rencontré un autochtone qui m’a sagement conseillée de “revenir en octobre, il fait doux, 35/36 degrés, et je te ferai découvrir le vrai Alger”. Le rendez-vous est pris!

Good in Algiers dayindayoff

Bastion 23 – Palais des Rais

J’ai dû check sur Google pour comprendre ce qu’était ce lieu parce que sur place, c’est un peu limité niveau historique… Les avantages ET les inconvénients des villes peu touristiques. La bonne surprise, c’est qu’en plus d’être d’une finesse architecturale et décorative jouissive, y’avait une expo contemporaine. Aucune explication bis, mais les images parlent d’elles-mêmes. Pour continuer l’immersion, je te conseille de marcher jusqu’au coeur de la Casbah.

Good in Algiers dayindayoff
Good in Algiers dayindayoff
Good in Algiers dayindayoff
Good in Algiers dayindayoff
Good in Algiers dayindayoff

La Casbah

Incontournables ces rues tortueuses, ses édifices qui paraissent fragiles et des ateliers d’artisans ouverts (réels savoir-faire que tu peux toucher des yeux). J’y suis restée peu mais ai pris plaisir à me perdre dans le marché entre les dattes, les cuivres et autres épices sans oublier son florilèges de vêtements de marque de luxe (contrefacon, obviously). Tips: booker un guide/un cousin/un ami au préalable (pas fait évidemment, maline que je suis). 

Good in Algiers dayindayoff
Good in Algiers dayindayoff
Good in Algiers dayindayoff

Le jardin d’Essai du Hamma

Après quelques stations de métro (#RATP), descends à “Hamma”. Tu peux avoir l’impression d’être dans un film face à ces arbres étranges et les allées sont un paradis de fraîcheur. Si t’es curieux et à la recherche d’un point de vue qui change du classique Mémorial du Martyr qui surplombe la ville, visite l’école des beaux arts, située en face de l’entrée du jardin. De là, je te conseille  de prendre les transports pour atteindre les hauteurs de la ville et découvrir…

Good in Algiers dayindayoff
Good in Algiers dayindayoff
Good in Algiers dayindayoff
Good in Algiers dayindayoff
Good in Algiers dayindayoff

La basilique Notre Dame d’Afrique

HONTE à moi, j’ai pas visité une seule mosquée (en plein Ramadan, j’ai pas osé, bêtement) mais ai pris le temps de trouver La Basilique Notre Dame d’Afrique. La vue sur Alger vaut le détour. Au son de la prière du soir qui résonne dans les hauts-parleurs qui dominent la ville, le contraste est bien charmant. J’ai pas une photo potable, sorry.

Tipaza et ses ruines

Inscrites au Patrimoine mondiale de l’UNESCO, les ruines romaines de Tipaza rappellent les ruines de Tulum (qui elles, sont mieux mises en valeur mais du coup, moins authentiques). En arrivant dans la ville de Tipaza, prends le temps de faire un tour au marché et de te restaurer à l’abri d’un palmier. En gros, évite d’y aller pendant le Ramadan (mauvais timing, my fault).

Good in Algiers dayindayoff
Good in Algiers dayindayoff
Good In Algiers dayindayoff
Good in Algiers dayindayoff

Tikjda

Ancienne station de de ski, il faudra t’armer d’une patience sans fond pour affronter les routes abimées par les conditions météorologiques des montagnes du Djurdjura mais ce que t’y trouves, c’est priceless. La légende dit même que ses eaux soignent les maux corporels. Passé le brouillard qui t’empêche de voir à 10 mètres, la récompense, c’est la vue et l’air pur… et quelques singes. Pique-nique obligatoire. Comme souvent en Algérie, tu trouveras sur la route de quoi acheter miel, fruits et légumes donc pas d’excuse!

Good in Algiers dayindayoff
Good in Algiers dayindayoff
Good in Algiers dayindayoff
Good in Algiers dayindayoff
Good in Algiers dayindayoff
Good in Algiers dayindayoff
Good in Algiers dayindayoff
Good in Algiers dayindayoff
Good in Algiers dayindayoff
Good in Algiers
Good in Algiers dayindayoff
Good in Algiers dayindayoff
Good in Algiers dayindayoff
Follow and like us:

Leave a Reply