TIPS IN TOWN

Good In Amsterdam

Hallo!

C’est sur un coup de tête que j’ai pris mes billets pour la capitale hollandaise à un moment propice aux bonnes affaires : week-end de fête nationale et pont du 1er mai en France. Pour couronner le tout, le froid a fait son retour en force accompagné de vent, pluie et brouillard. J’arrête mes plaintes de petite vieille aigrie pour entrer dans le vif du sujet : que faire dans la ville que les Français visitent au sortir de l’adolescence pour y fumer un pet’/oinj/sdar/splif/bédo/buzz etcétéra

A retrouver au pays du gouda dans cette sélection #GoodIn : moulins, street art, coffee shops et… une église cachée au grenier. Ah et aussi, un musée d’un célèbre spiritueux: la culture est partout, pas vrai?! Mon séjour a été de quatre jours et nous avons marché avec une lenteur exemplaire parce qu’après tout, on part pas en week-end pour se faire un marathon!

PS: Je précise que j’affectionne particulièrement les édifices religieux et l’architecture en général. Je n’essaye d’évangéliser personne (ne l’étant pas encore moi-même). Enfin, j’espère quand même que tu voudras bien mettre les pieds dans ces lieux sains. Pour te purifier. Je plaisante.

Si t’as pas cinq minutes pour te poser et lire la sélection, voici un résumé (plus des tips à la fin!):

A ne pas rater:

Sans grand intérêt:

dayindayoff-good-in-amsterdam
dayindayoff-good-in-amsterdam

ASMTERDAM – DAY 1

Premier fail, je mène mon compagnon de voyage à NSDM, lieu alternatif où sont organisés expos, festivals et marchés aux puces: néant, vide, désert total. Conseil en amont: se renseigner auprès des autochtones. 

Retour dans le centre, on passe par le marché Waterlooplein. Piège à touristes et terre promise pour les babos fans de sarouels et fausses antiquités. Aparté friperies dans le quartier: Kiloshop et Episode.     

Le quartier rouge. Architecture de folie, canaux constellés de poubelles et curiosité masculine en bande. Cet avis n’engage que moi, je trouve les vitrines et ses femmes tout âge confondu franchement triste devant l’attraction que cela suscite. C’est un quartier à visiter et les rues ne sont pas toutes bondées, alors je m’y suis perdue avec plaisir plusieurs heures.

A force de balade, on atterrit au marché aux fleurs historique Bloemenmarkt: piège à touristes bis. Enfin, sauf si tu es à la recherche de tulipes en plastique/mug/porte-clés aux couleurs de la ville: ce lieu est alors fait pour toi. Je suis mauvaise langue, y’a aussi des graines de fleurs et du gouda.

dayindayoff-good-in-amsterdam
dayindayoff-good-in-amsterdam
dayindayoff-good-in-amsterdam
dayindayoff-good-in-amsterdam
dayindayoff-good-in-amsterdam

AMSTERDAM – DAY 2

Rien de mieux que visiter une église pour commencer une journée. Je le pense vraiment ahah! L’Église Saint Nicolas vaut le détour et se visite gratuitement, t’as juste à aller à la gare centrale, c’est à deux pas.

La pluie incessante nous oblige à aller vers la culture: allons découvrir la liqueur Genever dans son musée dédié House of Bols ! Pour l’anecdote, les anglais ont créé le Gin pour égaler les soldats Hollandais qu’ils trouvaient vaillants après avoir bu du genièvre. Pour le divertissement et le cocktail offert à la fin, je recommande!

A une seconde à pieds se trouve le Moco Museum ou t’as pas mal d’œuvres de Banksy sur toile, car oui c’est aussi un peintre à ses heures perdues. Au sous-sol t’as quelques croûtes de Roy Liechtenstein et pas les plus connues en plus! Bref, je pourrais  te dire « vas-y, c’est cool! » mais non. Payer 12,50 pour voir des murs/des portes en bois/ et autres supports citadins arrachés pour les mettre dans un musée, on frise le ridicule et on se moque de la définition même du street art. Là, je dis non.

Coffee shop: endroit où tu peux fumer un joint comme si t’étais en soirée. Sous prétexte d’écrire cet article et de ne pas mourir idiote, je suis allée dans le coffee le plus connu pour y ressortir aussitôt: le “Dampkring” offre deux tables qui se battent en duel et une atmosphère irrespirable. Mais Brad Pitt est passé par là… Argument suffisant ?

Je prends pas la peine de te donner une adresse en particulier car:

  • Un coffee en vaut un autre: de quoi s’asseoir, commander un coca et fumer après avoir acheté un gramme (ou plus)/un joint roulé avec professionnalisme.
  • C’est des lieux qui ne représente aucun intérêt particulier (à mon sens). Qui aime fumer dans un aquarium ?!
  • Puisque tu y tiens, j’ai trouvé pour toi des conseils avisés ici.
dayindayoff-good-in-amsterdam
dayindayoff-good-in-amsterdam
dayindayoff-good-in-amsterdam

AMSTERDAM – DAY 3

Rien de mieux que visiter une église CACHÉE pour commencer la journée: Mon Seigneur au Grenier, Amstelkring. C’est  la belle découverte du séjour. T’en apprends tellement sur le quotidien des Amsterdamois, l’essor du commerce de la “Compagnie des Indes Orientales” et surtout le climat dans lequel les catholiques exerçaient leur culte: dans le secret! Faste et discrétion au rendez-vous. J’ai ki-ffé.

Pause frip’ pour les initiés: Wini Vintage. Un café pour se requinquer et on enchaine.

Par hasard, je tombe sur  l’expo World Press Photo Amsterdam. Dans une église (encore!).
Art + église = amour. Pour ces photojournalistes, il s’agit d’être au bon endroit au mauvais moment… ou alors au mauvais endroit au bon moment… Must see ! (PS : expo mondiale, 
retrouve les villes ici)

Pour achever la journée et palier notre manque de vin/fromage (Français que nous sommes), on s’est retrouvé dans un bar cosy où t’es aussi à l’aise pour prendre thé/pinte/bouteille de rouge : le café Brecht. Le plateau fromage c’est obligé pour apprécier le crémeux d’un bon gouda par pluie battante. 

dayindayoff-good-in-amsterdam
dayindayoff-good-in-amsterdam
dayindayoff-good-in-amsterdam
dayindayoff-good-in-amsterdam
dayindayoff-good-in-amsterdam

AMSTERDAM – DAY OFF

Pour contrer la morosité qui caractérise les jours de retour de voyage, rien de tel qu’une série de moulins à vent de Zaanse Schans (essaye pas de le prononcer, tu vas te faire mal). A 20 minutes de la gare centrale,  on embarque pour Zaandijk Zaanse Schans (3,20 euros). Ne désirant pas suivre l’itinéraire touristique indiqué, on s’est perdu dans ce village atypique avant de rejoindre le pont principal, les moulins, la verdure…et quelques centaines de touristes. La balade est salutaire et est rythmée par les odeurs des usines de cacao Vah Huten. « Authentique » et hautement recommandé quand Amsterdam n’a plus rien à offrir en divertissement.
Conseil de Mamie Sarah: prends donc une laine!

dayindayoff-good-in-amsterdam
dayindayoff-good-in-amsterdam

TIPS IN TOWN

  • L’application City Mapper encore et toujours pour prendre tram/bus/bateau-navette gratuite (et enregistrer au préalable tes adresses)
  • Le pass transports est valable uniquement pour le tram/métro et bus blanc et bleu (pas les rouges, n’attends pas pour rien 30 minutes sous la pluie).
  • Il y a une entrée et une sortie dans les trams : idée lumineuse certes…mais déconcertante pour les esprits simples.
  • Quand les hotels et logements sur home away, air b&b coutent un bras, prends le temps de chercher les groupes Facebook “Les Français à Amsterdam” et dans n’importe quelle ville. Si t’as besoin d’un plan logement à Amsterdam, contacte-moi!
  • N’essaye pas de lire ou comprendre cette langue, le fossé est beaucoup trop profond entre notre oreille et ce dialecte. Good niouz : everybody speaks english !

Pics by @Jossrabiyeah :

Follow and like us:

Leave a Reply