PRET-A-PORTER

Next stop : parisian underground

Paris : son métro…ses autochtones.

J’aime Paris. J’aime son métro. J’aime me déplacer vite, d’une ligne à l’autre, d’une soirée à une autre, de mon travail au bar, de chez moi au cinéma. J’aime que son service commence tôt le matin et me ramène en toute sécurité chez moi le soir. J’aime. Trêve de bagatelles, voici la sacrosainte vérité que j’affectionne tant.

Le métro parisien. Une fierté historique ? Un melting pot’ sans nom où il n’y a pas la même ambiance sur la 1 à Neuilly que sur la 4 à Gare de l’Est. C’est cette toile d’araignée métallique qui rend fainéant les Parisiens, qui pour 500 mètres te fait prendre deux stations alors que tu le sais, ces couloirs infernaux te feront perdre plus de temps qu’à pieds du point A au point B. T’es Parisien ou tu l’es pas.

C’est les matins où tu as la haine contre ton voisin qui se déchirent les oreilles avec sa musique. Ces gens n’écoutent JAMAIS de la bonne musique, un petit Brassens ou un Beethoven ? Non ils écoutent Shym, Kathy Perry, Soprano ou au mieux Jul. Mes oreilles saignent, le mauvais goût à son apogée. Et comme j’ai des tocs, je suis au bord de l’agonie sociale, quand ce voisin soupire (euh depuis quand ai-je exprimé le désir de sentir ton haleine, gent inconnu ?), se triture (je reste polie) le nez, écarte bien les jambes au cas où tu aurais naïvement pensé être dans un espace public (#manspreading) ou a bu sa bouteille de parfum *cheap* au lieu de prendre une simple douche.

C’est aussi les enfants qui hurlent tels des loups abandonnés un soir de pleine lune au bord du précipice de la vie, des parents honteux/blasés/énervés/fatalistes ou même rougissant de la situation. Ce sont des potes qui ont décidé que le before/after se ferait sur les strapontins et qui se lancent des défis d’endurance physiques ou alcooliques quand toi tu rentres lessivé d’une journée de cours/travail/chômage intensif.

C’est la canicule qui s’immiscent sous les aisselles et font blêmir les plus petits (team 1m50). C’est aussi les vents nordiques qui s’engouffrent dans les rames au moment de la fermeture automatique des portes. Mais surtout, et là on est tous raccords, ce sont ces messages automatiques que tu connais par cœur ! Grace à eux tu es bilingual:

  • « Please mind the gap between the train and the platform »
  • « Cuidate con el espacio entre el wagon y el alden »
  • Par respect pour le chinois, l’italien et le portugais, je m’abstiens de l’écrire. Mais je sais le dire, pour de vrai !

Instant Culture G’

Comme je ne suis pas seulement cynique mais aussi curieuse, quelques faits concernant THE parisian underground :

  • La station Gare du Nord a été élue la plus crade et douteuse d’Europe ces 5 dernières années (ah non, là j’invente, pardon).
  • La première ligne (la ligne « 1 » CQFD) est en service depuis le 1 juillet 1900. Le service a été interrompu pour la première fois en 1944 à cause des bombardements anglo-américains.
  • La ligne la plus courte est (sans surprise) la ligne 3 bis : seulement 4 stations et 1,3 kilomètre au compteur. Cette ligne est une aberration, une erreur ou alors a été financée pour une élite à coups de pots-de-vin.
  • C’est en 1991 (!) que disparaissent la 1ère et 2nde classes dans le métro et en 1999 pour le RER. Hallucinant.
  • Le 1er août 1914, date du début de la première guerre mondiale, on renomme en urgence la station Allemagne. La veille, Jean Jaurès fut assassiné, le nom de remplacement fut rapidement trouvé.
  • Sur les 302 stations de la capitales, 3 portent le nom de femmes (dont deux partageant leur nom avec un bonhomme : Pierre et Marie Curie, Barbès-Rochechouart).

Vous avez remarqué, je n’ai pas fait une seule allusion à la qualité du service, du prix indécent du pass mensuel ou encore des grèves improvisées ? Ni même du RER, ce truc qui pousserait n’importe quel salarié sain d’esprit à se faire prescrire une dose illimitée de Xanax, pas à cause de son job mais bien du moyen de transport qu’il emprunte pour y aller. Je rentre dans le rang *et dans la rame* et fais preuve de self-control mesdames et messieurs : une année qui débute avec les fameuses (et inutiles) bonnes résolutions.

 

daydindayoff-Next-stop-parisian-underground
daydindayoff-Next-stop-parisian-underground
daydindayoff-Next-stop-parisian-underground
daydindayoff-Next-stop-parisian-underground
daydindayoff-Next-stop-parisian-underground

Lunettes Burberry, Manteau vintage Burberry, Pantalon vintage La Sorbonne, Sac croco de Maman, Boucle d’oreille DIORPuma Suede

Follow and like us:

1 Comment

  1. La mère Gege

    2018-01-02 at 19 h 27 min

    Aaahaa c’est tellement ça ^^
     »Team 1m50″ des barres tu l’as placé ????

Leave a Reply